AccueilPortailRechercherFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Evolution de l'allaitement maternel au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shaima
Administratrice Zen
Administratrice Zen
avatar

Féminin Nombre de messages : 3201
Age : 41
Localisation : au royaume des têtous
Mon allaitement : 47 mois
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Evolution de l'allaitement maternel au Maroc   Jeu 25 Jan 2007, 22:16



Au Maroc, les études disponibles tirent une réelle sonnette d'alarme face au déclin observé concernant la pratique de l'allaitement maternel. :t:




Avant les années 80, l'allaitement maternel ne préoccupait guère les professionnels de santé au Maroc, sa pratique était universelle. Vers la fin des années 80, commençait déjà un déclin de l'allaitement maternel en faveur de l'allaitement artificiel. Ainsi, de 1992 à 1997, le taux d'allaitement maternel exclusif est passé de 62 % à 46 %. La durée moyenne de l'allaitement maternel a, elle aussi, baissé durant la même période passant de 15.5 mois à 14 mois. Ce recul peut s'expliquer par les changements qu'a connu la société notamment le développement de l'industrie alimentaire avec l'avènement des laits pasteurisés, des laits de vache concentrés et en poudre, la modernisation de la vie et le travail des femmes.
Depuis les années 80, de nombreuses initiatives ont été entreprises pour encourager l'allaitement au sein. Parmi les initiatives internationales on retrouve celle de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l'UNICEF pour lesquels la promotion de l'allaitement maternel est devenu un des objectifs principaux. Les stratégies utilisées ont reposé sur la promulgation des normes internationales qui ont été reproduites et énoncées dans la déclaration conjointe de l'OMS et de l'UNICEF intitulée "Protection, encouragement et soutien de l'allaitement maternel : le rôle particulier des services liés à la maternité". Cette déclaration comporte les dix conditions pour le succès de l'allaitement maternel, le code de commercialisation des substituts du lait maternel, la déclaration d'Innoncenti sur la protection, la promotion et le soutien de l'allaitement maternel et "l'Initiative Hôpitaux Amis des Bébés" ou IHAB.




Au Maroc, "l'Initiative Hôpitaux Amis des Bébés" a été lancée en 1992 et a concerné 40 Hôpitaux et maternités. Bien que le code de commercialisation des aliments pour nourrisson n'a pas été encore officiellement adopté, la distribution gratuite des aliments pour nourrissons est interdite depuis cette date. Cependant, le caractère limité de cette initiative et l'insuffisance de suivi, ont fait que les résultats escomptés n'ont pas été obtenus comme l'a révélée une évaluation réalisée en 2003 et l'abandon de la pratique de l'allaitement maternel est en nette augmentation.






A l'heure actuelle, l'abandon de l'allaitement maternel constitue un problème de santé publique au Maroc. En effet, malgré les efforts d'information et d'éducation, la situation se dégrade.





Les causes profondes de cette désaffection de la pratique de l'allaitement au sein semblent être le résultat de différents facteurs très intriqués intervenant simultanément : sociaux, économiques ou culturels.



Les modifications de la structure familiale notamment le manque du soutien psychologique de l'entourage.
L'urbanisation et le travail salarié des mères
Des préoccupations d'ordre esthétique.
Le développement de l'industrie agro-alimentaire et la mise sur le marché d'aliments diététiques infantiles accompagnée d'une publicité "agressive".
L'insuffisance de la formation dispensée aux professionnels de santé.




L'activité professionnelle constitue un obstacle à la bonne conduite de l'allaitement maternel puisque 87,6% de femmes au foyer pratiquent l'allaitement maternel contre 44% de celles exerçant une activité professionnelle à l'extérieur.


Ces données montrent qu'une proportion considérable de femmes ont arrêté d'allaiter leur bébé pour des raisons évitables dans la majorité des cas. L'insuffisance de lait est la première cause retrouvée. Or, on sait que les cas d'incapacité anatomique ou physiologique à produire suffisamment de lait sont rarissimes. L'état de santé de la mère ou la survenue d'une nouvelle grossesse sont aussi des causes non négligeables dans notre contexte. Il est alors du devoir de tous de travailler à contrer ces principales causes d'échec d'allaitement maternel. Action qui n'est possible que par la contribution d'un personnel soignant formé et motivé. Or le taux de mise au sein précoce n'est que de 30, 9% dans les cas des accouchements médicalisés, ce-ci implique directement la responsabilité du personnel soignant : manque de motivation ? Ou ignorance des bonnes pratiques d'allaitement maternel ? C'est à ces questions qu'a essayé de répondre un travail intéressant réalisé de manière conjointe par le Service de Protection de la Santé de l'Enfant et l'IFCS de Rabat dans le cadre de la préparation du mémoire de fin d'étude de jeunes infirmiers polyvalents. Il en découle que les deux tiers du personnel soignant questionné savent que la mise au sein doit se faire dans la première heure alors qu'elle n'est faite sur le terrain que dans un tiers des cas !








Dans la totalité des études réalisées la source d'information concernant l'allaitement maternel était représentée essentiellement par l'entourage immédiat, alors que les consultations prénatales n'ont contribué que dans moins de 5% des cas.
Quant aux connaissances des femmes concernant le colostrum par exemple, on trouve dans l'étude du Professeur Lamdouar Bouazzaoui une grande variation en fonction des régions. Au sud et dans les régions sahariennes, on reconnaît les bien faits du colostrum et on insiste sur son importance pour la santé présente et futur des enfants. Dans la région orientale du pays, la majorité des femmes ne lui accordent aucun intérêt, il est même parfois extrait par pression et jeté. En plus, dans le travail de Najib, certains facteurs dont l'âge avancé, le haut niveau d'étude et la multiparité semblent influencer favorablement les connaissances relatives aux avantages du colostrum.






Concernant la durée de l'allaitement maternel exclusif, plus d'un tiers des femmes ignore sa durée optimale et l'on assiste à un réel déclin de sa pratique. L'allaitement au sein exclusif pendant les premiers quatre mois est passé de 62% en 1992, à 37% en 1995. A 6 mois ce taux n'est plus que de 20%. Néanmoins des différences sont constatées en fonction du milieu. La fréquence de l'allaitement maternel exclusif pendant les 4 premiers mois serait plus importante en milieu rural.
Plus de 25% des femmes continuent à administrer des liquides type tisane ou autre avant la première tétée.









Source:
http://www.santetropicale.com/SANTEMAG/maroc/mop11.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autourdunthe.naturalforum.net/index.forum
unejuliette0
Modératrice sympa
Modératrice sympa
avatar

Féminin Nombre de messages : 1692
Age : 37
Localisation : Le long d'un fil
Mon allaitement : Allaitée et allaitante
Mes enfants : 2 filles
Date d'inscription : 21/04/2005

MessageSujet: Re: Evolution de l'allaitement maternel au Maroc   Ven 26 Jan 2007, 21:42

C'est triste tout ça ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autourdunthe.naturalforum.net/
 
Evolution de l'allaitement maternel au Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mémoire allaitement maternel...
» allaitement maternel et fentes labio-palatines
» Enquête nationale sur l’allaitement maternel
» étude perso sur allaitement maternel
» Allaitement maternel après intervention

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE PLAISIR D'ALLAITER ::  :: Le Monde face à l'allaitement :: Allaiter Ailleurs-
Sauter vers: